« Mythes et origines des grands classiques de Disney » magazine Le Point Pop


« Mythes et origines des grands classiques de Disney », de Blanche Neige à La Reine des neiges.

Ce numéro spécial, le tout premier lancé sous label Le Point Pop, est à découvrir dès le 9 mars chez votre marchand de journaux.

Ce numéro collector parcouru d’analyses et d’interviews passionnantes, Kenneth Branagh à Emma Watson en passant par le talentueux John Lasseter, est à ranger d’urgence dans votre bibliothèque et à offrir à tous vos proches !
MAG0

MAG5

MAG7

Nous vous proposons un extrait, issu du chapitre sur Le Roi lion.

« Le roi lion  » a littéralement failli tuer le patron des studios Disney. Pour aider ses animateurs à mieux dessiner les animaux de la savane, Jeffrey Katzenberg avait fait venir quelques spécimens dans les ateliers de Burbank, perpétuant ainsi la tradition inaugurée par l’oncle Walt en 1942. Sauf qu’il ne s’agissait pas cette fois d’un petit faon, mais d’un lion de 200 kilos dont les artistes devaient étudier la puissance  ! Se pliant à l’exercice, le fauve agrippa Katzenberg par la taille et ne voulut plus le relâcher. Il s’accrocha ensuite avec la même fougue à la jambe du malheureux, qui finit tout de même par s’en libérer. Qui a dit que les dessins animés étaient sans risques  ?

«  Le roi de la jungle  » – son titre originel – arrive à la fin d’un âge d’or, après les succès colossaux de La Petite Sirène, La Belle et la Bête et Aladdin, à une époque où les studios ne renoncent à aucune excentricité. L’idée vient de Katzenberg lui-même, qui l’insuffle aux animateurs à partir d’une anecdote très personnelle sur la perte de son innocence. À la fin des années 1960, il travaillait pour la campagne du président américain Lyndon Johnson et recevait des valises entières de contributions en liquide non déclarées, dont celles d’un homme d’affaires corrompu. Assigné en justice, il dut affronter seul ses responsabilités. Vous ne voyez pas le rapport  ? Pour le directeur de Walt Disney Studios, dont les yeux s’emplissent de larmes à l’évocation de cette affaire, il s’agit d’une histoire de passage à l’âge adulte. Il veut un film d’animation qui retranscrive les sentiments d’abandon, de trahison, de solitude ressentis lors d’une telle épreuve : «  Le royaume animal est une métaphore. Un enfant perd ses parents, part à l’aventure, essaie d’éviter de faire son devoir, puis doit y faire face.  »

Quand on m’a présenté l’idée du Roi lion, on m’a dit que c’était Hamlet en Afrique, avec Bambi au milieu

Forts de cet étrange brief, les réalisateurs Roger Allers et Bob Minkoff s’enferment pendant des jours pour tenter d’élaborer un script. Le récit peine à prendre forme jusqu’à ce qu’un des auteurs note une ressemblance avec Hamlet. «  Vous avez raison  !  » s’exclame Katzenberg, qui demande alors que le film prenne une tournure shakespearienne. Le vil Scar, frère du roi Mufasa et oncle de Simba, est calqué sur le personnage de Claudius, oncle félon qui tue son frère le roi et envoie son neveu Hamlet loin de la cour. Dans Le Roi lion comme dans la pièce, le fantôme du monarque réapparaît et pousse l’héritier à chercher justice. En exil, Simba se pose la question de son identité. Être ou ne pas être roi  ? Reprendre sa place dans le «  cercle de la vie  » ou choisir la facilité et continuer à ne se soucier de rien, selon la philosophie du mantra kényan Hakuna matata  ?

Pour renforcer la parenté, Disney recrute l’acteur anglais oscarisé Jeremy Irons, formé à la Royal Shakespeare Company, pour doubler Scar. «  Il pourrait lire l’annuaire téléphonique de Los Angeles comme si c’était du Shakespeare  », soufflait, admiratif, Andreas Deja, dessinateur attitré du félon. Et lorsque ce dernier, affalé sur son trône rocailleux, joue du bout des griffes avec un crâne, il s’agit bien sûr d’une allusion à Hamlet dans la scène I de l’acte V. «  Quand on m’a présenté l’idée du Roi lion, on m’a dit que c’était Hamlet en Afrique, avec Bambi au milieu. Donc une sorte de Bamlet », résume la scénariste Irene Mecchi. Les studios ont-ils souligné ces emprunts à Shakespeare pour mieux dissimuler une autre inspiration, plus gênante  ? À sa sortie, Le Roi lion fut accusé de bien des maux…

 

 

MAG6

NONNA

A propos de NONNA

Passionnée par l'univers Disney depuis longtemps...et Disneyland Paris depuis 1992 ! Membre DFC depuis 2011, J'aime partager au travers mes photos et mes articles les infos sur Disneyland Paris, malgré de nombreuses visites, je suis toujours aussi émerveillée et je découvre encore des nouvelles choses...

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/f/3/6/disneylandforum.fr/httpd.www/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *