L’Empereur le film de Luc Jacquet


L’Empereur

E9

Réalisateur/scénariste : Luc Jacquet
Producteurs : Yves Darondeau, Christophe Lioud, Emmanuel Priou.
Compositeur : Cyrille Aufort. Commentaires : Lambert Wilson
Société de production : Disneynature, Bonne pioche cinéma, Paprika Films, Wild Touch Production.
Distributeur : Walt Disney Studios Motion Pictures
Sortie française : 15 Février 2017
Durée : 1h22.
E13

Et qui mieux que Luc Jacquet pour parler de cette merveilleuse aventure.

« 12 ans après LA MARCHE DE L’EMPEREUR, je retrouve les manchots empereurs lors de l’expédition « Wild-Touch Antarctica ». A force d’en parler à travers le monde, ils étaient presque devenus une abstraction. J’avais peur que l’image que j’en avais dépassé la réalité. Mais non ! C’est un bonheur absolu de les revoir, ils sont encore plus beaux que dans mon souvenir ! L’attraction que j’éprouve pour eux est intacte. Il y a d’abord cette silhouette qui nous fait penser à la nôtre, de loin c’est véritablement troublant. Côtoyer les empereurs, ce n’est pas juste les observer, c’est une rencontre. Ils sont familiers avec nous. C’est très rare. Nous sommes un prédateur, les animaux nous fuient. Les manchots, eux, nous tolèrent et mieux, ils sont curieux, nous approchent… Ce sont vraiment des animaux singuliers. Je n’ai pas de meilleur souvenir que celui de me promener sur la banquise, d’être rejoint par un manchot et de partager un bout de chemin avec lui. C’est un immense privilège de pouvoir vivre ce moment avec vous…et de continuer l’aventure… »  Luc Jacquet

Cela commence par une histoire d’amour et la naissance d’un bébé

E15 E16 E14 E40 E12 E4 E46

E17 E8

Il faut partir vers l’océan pour refaire ses réserves pour pouvoir donner à manger aux petits. Mais la randonnée n’est pas de tout repos car même si les manchots connaissent le chemin, les reliefs de la banquise changent ce qui la rend imprévisible.

E7 E19 E44 E43

Enfin, mer en vue ! Et, on s’aperçoit que le manchot est beaucoup plus à l’aise dans l’eau que sur terre

E21 E11 E32 E6

Pendant l’absence de certains parents, les petits sont en danger avec l’oiseau le skua cruel prédateur et le froid

E39  E42

Les petits ont grandi, il est temps pour eux de suivre l’exemple de leurs parents en allant chercher leur nourriture dans l’océan. Après maintes hésitations devant cette masse bleue qui bouge, les premiers manchots plongent enfin tombent dans l’océan et comprennent vite que ce milieu est source de nourriture.

E5 E45

E3  E2

Making off du tournage, l’équipe a dû faire face aux tempêtes de vent glacial, les opérateurs de prises de vues devaient se protéger mais surtout protéger leurs matériels mais quel plaisir de côtoyer de si près les manchots à vrai dire peu farouches et même de faire un selfie avec eux.

E10 E22 E23 E24 E25 E26 E35 E27  E29 E30 E37 E31

Des spécialistes ont plongé à 70 mètres de profondeur à une température de -18° avec 90 kg de matériel.

E28 E38 E41

E33 E34

Mon avis : J’ai découvert le film le 11 février à l’occasion d’une invitation de la part de Disney France aux pages fans Disney. Honnêtement, j’y suis allée en me disant « un film de plus sur la nature avec de belles images mais pas vraiment d’histoire… ». Et bien, tout faux ! enfin les images ne sont pas belles, elles sont époustouflantes, on est dès le début immergé dans les paysages grandioses de l’Antarctique, on ressent le froid glacial, on peine avec les manchots pour lutter pour leur survie. Alors, oui, il y a une histoire, la plus belle des histoires, celle de la vie avec ses joies et ses peines !

EM_modifié-1 EM3

Rencontre avec d’autres fans pages Disney et blogueurs cinéma, le 13 février 2017 avec Luc Jacquet et Lambert Wilson qui vont revenir sur les conditions de tournage, le constat fait sur l’évolution de l’Antarctique après 12 ans et leur collaboration pour ce film.

EM1

Luc Jacquet : « On pensait l’Antarctique bien à l’abri du réchauffement climatique et pourtant les scientifiques disent que la température était de 20° supérieure à la température moyenne, si rien ne change, il sera libre des glaces d’ici 10 ans. L’équilibre pour la survie des manchots dépend de la banquise, soit elle est trop importante et les manchots sont obligés de faire beaucoup de kilomètres pour aller chercher la nourriture pour les petits, soit elle est trop petite et ils n’ont pas assez d’espace pour que la colonie puisse s’épanouir. L’année du tournage, nous avons eu beaucoup de chance avec beaucoup de petits bien nourris ce qui n’a pas été le cas les 3 années précédentes et cette année où sur 3500 œufs éclos pratiquement aucun n’a survécu. Si rien n’est fait au niveau du comportement mondial, d’ici 50 ans, les manchots auront disparus et comme beaucoup d’espèces, ils sont au début d’une chaîne et tout en sera déréglé jusqu’à nous. »

Avec cette suite, Luc Jacquet souhaite que les gens comprennent le symbole de la lutte pour la vie. Il est tombé sous le charme des manchots qui par beaucoup de points nous ressemblent dans leurs comportements et leurs attitudes. Dans le 1er opus « La marche de l’Empereur, il était frustré de ne pas pouvoir aller dans l’univers sous marin des manchots très important dans le cycle de leur vie. Et, grâce à la technologie, il a pu enfin explorer cette partie de la vie des manchots.

EM2

Lambert Wilson : « Je n’ai pas participé au tournage mais je connais l’Antarctique pour y avoir passé du temps pour le film L’Odyssée. C’est donc en fin de projet que je suis intervenu avec le texte de Luc, j’ai donné les intonations  émotionnelles qui permettaient de mettre en valeur les images et de comprendre les situations. Plus qu’un long discours, les mots choisis par Luc m’ont permis d’exprimer avec ma voix toute la beauté du film. Luc a été très précis dans sa demande afin que la « musique » des mots dont il rêvait se retrouve dans le commentaire. Si Luc me propose de l’accompagner pour un prochain voyage, je le suis, l’Antarctique est un continent bouleversant, mon plus beau voyage sans doute parce qu’il n’y a pas d’humain…c’est comme un voyage dans le temps où l’homme n’a pas encore tout dévasté. »

EM4

Luc Jacquet conclut qu’il ne connaît personne qui ne soit pas tomber sous le charme de l’Antarctique, la beauté des paysages qui change en fonction de la lumière parce que tout est blanc et prêt à accueillir toutes les couleurs. Quel plaisir de se sentir petit et d’appréhender le défi que d’être vivant dans ce continent où l’on doit affronter le vent glacial, la tempête. C’est une leçon de sagesse et de modestie devant la nature.

EM5

 

 

 

 

 

 


NONNA

A propos de NONNA

Passionnée par l'univers Disney depuis longtemps...et Disneyland Paris depuis 1992 ! Membre DFC depuis 2011, J'aime partager au travers mes photos et mes articles les infos sur Disneyland Paris, malgré de nombreuses visites, je suis toujours aussi émerveillée et je découvre encore des nouvelles choses...

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *